Annonces du mois : ICI 

Connaître le cycle de l'Année liturgique

 

 

LE TEMPS DE LA PENTECÔTE

 

 

 

1. Le temps de la Pentecôte est cette partie de l'année liturgique qui s'étend depuis le 1er dimanche après la Pentecôte jusqu'à l'Avent. C'est le plus long des temps liturgiques puisqu'il comprend de 24 à 28 semaines.
  Il représente la vie glorieuse de Notre-Seigneur dans le Ciel et la vie militante de l’Église à travers les siècles, jusqu'au jour du jugement dernier, ou elle entrera dans la gloire de son divin Époux.
C'est pourquoi, dans les offices du temps, la couleur des ornements est le vert, symbole de l'espérance.
  Pour nous rappeler que nous aurions toujours à lutter contre les ennemis de notre salut, l’Église met sous nos yeux, dans les leçons du Bréviaire, l'histoire des luttes du peuple de DIEU contre ses ennemis ;
dans les Épîtres, les préceptes les plus importants de la vie chrétienne ; et dans les Évangiles, les discours, les paraboles et les miracles du divin Maître par lesquels il explique sa loi et prouve son pouvoir de législateur.

  2.  Les Quatre-Temps d'automne sont fixés au mercredi, vendredi et samedi après la fête de l'Exaltation de la sainte Croix. Les Messes une action de grâce pour la moisson et la vendange.
Elles sont placés, dans le Missel, avant le XVIIIeme dimanche après la Pentecôte, c'est pourquoi l’Épître de la Messe de ce dimanche rappelle les pouvoirs confiés au prêtre par l'ordination.

  3.  Les fêtes qui se rapportent directement à Dieu ou à Notre-Seigneur dans le temps de la Pentecôte sont celles de la Sainte-Trinité, du très saint Sacrement, du Sacré-Cœur, du Cœur eucharistique de Jésus,
du Précieux Sang, de la Transfiguration, de l'Exaltation de la Sainte Croix, de la Dédicace et du Christ-Roi.

 

 

 

 

FÊTE DE LA TRÈS SAINTE-TRINITE

 

 

 

 1. La fête de la Sainte-Trinité est consacrée à honorer spécialement le mystère d'un seul Dieu en trois personnes.

  On dit spécialement parce que ce jour n'est pas le seul qui soit consacré à la très Sainte-Trinité. En effet : 1° toutes les fêtes de l'année se rapportent à la très Sainte-Trinité, objet principal et fin dernière de tout le culte religieux ; 2° l'office du temps de tout les dimanches lui est consacré, et, si une fête remplace cet office, on fait toujours mémoire du dimanche ; 3° dans tous les offices, la très Sainte-Trinité est honorée par des invocations fréquentes aux trois personnes divines : de nombreux signes de croix, le Gloria Patri à la fin des psaumes, la doxologie à la fin des hymnes, la conclusion des oraisons, et le triple Sanctus de toutes les Messes.

   2. Le dogme de la Sainte -Trinité est abondamment symbolisé dans nos églises. Cette unité de nature dans la trinité de personnes est figurée surtout par le triangle, le trèfle, trois cercles entrelacés, etc...
  1° Jusqu'au XIIeme siècle, Dieu le Père est figuré par une main bénissante sortant d'un nuage. A partir du XVeme siècle il est représenté par un vieillard à grande barbe blanche habillé comme le pape avec tiare et chape.
  2° Dieu le Fils fut figuré d'abord par un poisson dont chaque lettre du nom en grec est la première des mots d'une phrase qui signifie Jésus-Christ Fils de Dieu Sauveur ; par le bon Pasteur une brebis sur les épaules ; par un agneau portant une croix, puis, à partir du XVIIIeme siècle, par un homme à barbe courte ayant une croix.
  3° Le Saint-Esprit est représenté par une colombe dont les ailes déployées touchent parfois la bouche du Père et du Fils ,pour montrer qu'il procède de l'un et de l'autre.

 

  3. La fête de la Sainte-Trinité eut pour origine les ordinations du samedi des Quatre-Temps. Ces ordinations se faisaient durant la nuit et se terminaient le dimanche matin, qui pour ce motif, n'avait pas de messe spéciale et était appelé dimanche vacant. Lorsqu'on eut avancé les ordinations au samedi soir, puis au samedi matin comme aujourd'hui, il fallut trouver une messe pour ces dimanches vacants.
  Le premier dimanche après la Pentecôte, qui suivait les ordinations d'été, on prit l'habitude, en France surtout, et à partir du IXeme siècle, de dire la messe votive de la très Sainte-Trinité, et l'on continua lorsqu'une messe spéciale eut été composée pour ce dimanche vacant.
  Au XIVeme siècle, Jean XXII étendit cette fête à toute l'église. Pie X l'a élevée au rite double de 1ere classe.

 

  4. L’Église a établi une fête spéciale en l'honneur de la très Sainte-Trinité pour lui rendre un hommage plus solennel et appeler davantage l'attention des fidèles sur ce grand mystère qui est le fondement de toute la religion chrétienne.

   5. Pour bien célébrer cette fête nous devons :

  1° Adorer ce profond mystère, en humiliant notre chétive raison devant la grandeur infinie et incompréhensible de Dieu.
  2° Remercier Dieu le Père de nous avoir créés, Dieu le Fils, de nous avoir rachetés, Dieu le Saint-Esprit de nous avoir sanctifié.
  3° Renouveler notre consécration à cette Trinité sainte au nom de laquelle nous avons été baptisés, confirmés et sanctifiés.
  4° Nous exciter à la charité fraternelle, dont l'union des personnes en Dieu est un parfait modèle afin que ce réalise en nous la prière du Sauveur :  " Mon Père..., qu'ils soient un, comme nous sommes un. "

 

 

 

 

FÊTE DU TRÈS SAINT SACREMENT

FÊTE DIEU

 

 

 

  1. La fête du très saint sacrement, appelée dans le langage liturgique la fête du Corps du Christ, et dans le langage populaire la Fête-Dieu, est une fête dans laquelle l’Église rend les honneurs publics et solennels à Notre-Seigneur Jésus-Christ dans la sainte Eucharistie.
  Cette fête se célèbre le jeudi qui suit la fête de la très Sainte-Trinité.

   2. La fête du saint Sacrement date du XIIIeme siècle. Dans une vision, la bienheureuse Julienne, prieure du monastère de Mont-Cornillon, près de Liège, apprit que Dieu la chargeait de travailler de tout son pouvoir à l'établissement d'une fête en l'honneur du saint Sacrement. Ses révélations amenèrent l'évêque de Liège à établir cette fête dans son église. Le pape Urbain IV, après l'avoir célébrée à Rome, la rendit obligatoire pour l’Église entière en 1264 et le pape Jean XXII, en 1318, ordonna d'en faire l'octave et de porter l'Eucharistie en procession.

 

  3. Tous les jours sont des fêtes du saint Sacrement, puisque tous les jours la sainte Messe est célébrée ; de plus, le Jeudi Saint, l’Église commémore, mais au milieu des tristesses de la Passion, l'anniversaire de l'institution de la sainte Eucharistie. Cependant, trois raisons principales déterminèrent le Souverain Pontife à étendre cette fête à L’Église universelle : 1° La communication que la bienheureuse Julienne lui avait faite à ce sujet lorsqu'il était archidiacre de Liège.
  Le miracle de Bolsena qu'il avait pu constater de ses yeux.
  Le refroidissement de la piété des fidèles envers la sainte Eucharistie, causée par la négation  de la présence réelle par Bérenger, et l'hérésie des Albigeois, qui voulaient anéantir le sacerdoce et le culte eucharistique.

 

  4. On fait une procession solennelle le jour de la Fête-Dieu : 1° Pour célébrer les victoires que Jésus-Christ a remportées sur le péché qui fût expié par l'immolation du calvaire ; sur la mort qui fut vaincue par sa résurrection ; sur l'enfer dont les principautés et les puissances furent dépouillées et emmenées captives au jours de l'ascension. (Coloss, II, 15.)
  Pour affirmer solennellement le dogme de la présence réelle contre les impies et les hérétiques. Le Concile de Trente appelle en effet cette fête "le triomphe sur l'hérésie".
  Pour réparer les irrévérences et les profanations dont Jésus-Christ est l'objet dans ce divin Sacrement.
  Pour sanctifier et bénir, par la présence de Jésus-Christ, les rues et les maisons de nos villes et de nos villages.
  La bulle du Pape Jean XXII, ordonnant "de porter l'Eucharistie en procession dans les rues et les places publiques", fut publiée en 1318, mais elle ne faisait sans doute que confirmer une coutume probablement aussi ancienne que la Fête-Dieu (1264).
  malheureusement, aujourd'hui, dans beaucoup de villes, sous prétexte de respecter la liberté de conscience et de ne pas entraver la circulation, Jésus-Hostie ne peut plus sortir des églises. Les processions se font alors à l’intérieur des temples.

   5. L'office du très saint sacrement, composé par saint Thomas d'Aquin, est une admirable exposition de l'enseignement catholique sur l'Eucharistie.

 

 

 

LA PENTECÔTE ET SON OCTAVE

 

 

 

  1.  L'importance de la Pentecôte est attestée par sa vigile, sa solennité, son octave privilégiée et le nombre considérable de dimanches de l'année (la moitié environ) qui sont appelés Dimanches après la Pentecôte.

   2.  La vigile de la Pentecôte a plusieurs points de ressemblance avec celle de Pâques : c'est un jour d'abstinence et de jeune depuis le VIIIeme siècle au moins ; la Messe solennelle est précédée de la lecture de six prophéties choisies parmi celles du Samedi Saint ; mais, comme on est au temps pascal, le Flectamus genua est supprimè.
   La procession aux fonts baptismaux avec le cierge pascal rallumè pour la circonstance ; la bénédiction des eaux baptismales suivies, autrefois, du baptême des catéchumènes qui n'avaient pas pu être baptisés à Pâques ; le chant des Litanies des saints au retour de la procession ; tout se fait, comme le Samedi Saint, avec les ornements violets de la pénitence.
   La Messe, qui est celle de la nuit de la pentecôte anticipée, est dite avec les ornements rouge de la fête ; elle n'a pas d’Introït et commence comme celle du Samedi Saint par le chant du Kyrie qui termine les Litanies des saints ; le propre de la Messe fait allusion aux sacrements de Baptême et de Confirmation qu'autrefois, les néophytes venaient de recevoir ; il célèbre le Saint-Esprit et ses merveilleux effets dans les âmes.

   3.  La Pentecôte, d'un mot grec qui signifie cinquantaine, est la fête célébrée cinquante jours après Pâques, pour honorer la descente du Saint-Esprit sur les Apôtres.
   Cinquante jours après la résurrection et dix après l’Ascension, les Apôtres, Marie, mère de Jésus, les Saintes femmes et les disciples étaient réunis au Cénacle au nombre d'environs 120. Tout à coup, un bruit comme celui d'un vent impétueux remplit la salle et des langues de feu s'arrêtèrent sur chacun d'eux. Ils furent aussitôt remplis du Saint-Esprit et se mirent à parler diverses langues.
   Autrefois, dans certaines églises, pendant l’Épitre qui raconte ces événements, on sonnait de la trompette pour imiter le bruit du vent (cela se pratique encore à Saint Clément de Rome), et on jetait, du haut de la voûte, des pétales de rose rouge pour figurer les langues de feu, ce qui fit donner à cette fête le nom de Pâques des roses.

   4.  La fête de la Pentecôte est aussi la fête de la fondation de l'église, car c'est en ce jour que Saint Pierre, environné des onze et prenant la parole comme chef de l'église, fit sa première prédication à la suite de laquelle trois mille juifs reçurent le baptême.
   Comme la Pentecôte juive, la Pentecôte chrétienne célèbre la promulgation d'une nouvelle loi ; la loi d'amour succédant, pour les chrétiens, à la loi de crainte, des juifs.

   5.  L'office de tierce de la Pentecôte, qui se chante ordinairement avant la grand'Messe, est plus solennel que n'importe quel autre jour de l'année, parce que c'est à l'heure de Tierce que le Saint-Esprit descendit sur les Apôtres ; aussi au lieu de l'hymne habituel, on chante le Veni Creator qui sera dit tout l'octave, non seulement à Tierce, mais aussi à Vêpres. Dès les premiers siècles, on avait l'habitude de chanter à genoux la première strophe de cet hymne.

   6.  Le jour de la Pentecôte et pendant toute l'octave, on dit à la Messe la prose Veni Sancte Spiritus, dont l'auteur et la date sont inconnus.

   7.  L'antienne du Magnificat des secondes vêpres rappellent les merveilles accomplies en ce jour : La descente du Saint-Esprit sur les Apôtres qu'il remplit de sa grâce et qu'il envoie prêcher l’Évangile à tout les peuples.

   8.  A l'origine, il n'y avait pas de fête spéciale de la Pentecôte. Ce cinquantième jour était simplement la clôture des fêtes pascales. Cependant, dés le début du IIIeme siècle, il était signalé par quelques pratiques spéciales. Vers le milieu du IVeme siècle, il devint une grande fête, la première après Pâques, ayant sa vigile et le baptême solennel comme à Pâques. Depuis le IXeme siècle il a une octave privilégiée comportant une messe spéciale pour chaque jour.

   9.  La liturgie des Quatre-Temps de la Pentecôte ressemble à celle des autres Quatre-Temps de l'année. Cependant, comme on es tau temps pascal, il y a quelques différences : Les fidèles restent debout pendant les collectes et il n'y a pas de Flectamus genua. Le Graduel est remplacé par des versets alléluiatiques, et la prose Veni Sancte Spiritus est dite comme les autres jours de l'octave.
   Le samedi des Quatre-Temps d'été est en même temps le dernier jour du temps pascal, l'octave de la Pentecôte et le jour des ordinations.

 

 

Les « 16 conseils pour acquérir le trésor de la Science » de Saint Thomas d'Aquin

 

 

 Voici les « Seize conseils pour acquérir le trésor de la Science » de Saint Thomas d'Aquin (1225-1274), Docteur de l'Église, Prêtre Dominicain et Saint Patron de l'Enseignement Catholique.


Les « 16 conseils pour acquérir le trésor de la Science » de Saint Thomas d'Aquin :

Puisque tu m'as demandé, mon très cher ami dans le Christ, comment tu dois étudier pour acquérir le trésor de la science, voici les 16 conseils que je te donne :

1.- Entre dans la mer par les petits ruisseaux, non d'un trait ; car c'est par le plus facile qu'il convient d'aller au plus difficile. Tel est mon avis et ma recommandation.
2.- Je veux que tu sois lent à parler, lent à te rendre là où l'on parle.
3.- Garde la pureté de ta conscience.
4.- N'abandonne jamais l'oraison.
5.- Aime beaucoup ta cellule, si tu veux être introduit dans le cellier à vin.
6.- Montre-toi aimable avec tous.
7.- Ne t'enquiers en rien des actions d'autrui.
8.- Ne sois pas trop familier avec personne, car trop de familiarité engendre le mépris et conduit à s'arracher à l'étude.
9.- Ne te mêle nullement des paroles et des actions des gens du monde.
10.- Fuis par-dessus-tout les démarches inutiles.
11.- Imite la conduite des saints et des hommes de bien.
12.- Ne regarde pas à qui tu parles, mais tout ce qui se dit de bon, confie-le à ta mémoire.
13.- Ce que tu lis et entends, efforce-toi de le comprendre.
14.- Assure-toi de tes doutes.
15.- Tout ce que tu pourras, efforce-toi de le ranger dans la bibliothèque de ton esprit, comme celui qui veut remplir un vase.
16.- Ne cherche pas ce qui te dépasse.

En suivant cette route, tu porteras et produiras, pendant toute ta vie, des feuilles et des fruits utiles dans la vigne du Seigneur des Armées. Si tu t'attaches à ces conseils, tu pourras atteindre ce que tu désires. Adieu.


Saint Thomas d'Aquin (1225-1274)