Annonces du mois : ICI 

Connaître le cycle de l'Année liturgique

 

 

LA PENTECÔTE

 

 

  1. L'importance de la Pentecôte est attestée par sa vigile, sa solennité, son octave privilégiée et le nombre considérable de dimanches de l'année (la moitié environ) qui sont appelés Dimanches après la Pentecôte.

 

  2. La vigile de la Pentecôte a plusieurs points de ressemblance avec celle de Pâques : c'est un jour d'abstinence et de jeûne depuis le VIIIeme siècle au moins : La Messe solennelle est précédée de la lecture de six prophéties choisies parmi celles du Samedi Saint ; mais, comme on es tau temps pascal, le Flectamus genna est supprimé.

  La procession aux fonts baptismaux avec le cierge pascal rallumé pour la circonstance : la bénédiction des eaux baptismales suivies, autrefois, du baptême des catéchumènes qui n'avaient pas pu êtres baptisés à Pâques ; le chant des litanies des saints au retour de la procession ; tout se fait, comme le Samedi saint, avec les ornements violets de la pénitence.

  La Messe, qui est celle de la nuit de la Pentecôte anticipée, est dite avec les ornements rouges de la fête ; elle n'a pas d'Introït et commence comme celle du Samedi Saint par le chant du Kyrie qui termine les litanies des Saints ; le propre de la Messe fait allusion aux sacrements de Baptême et de Confirmation qu'autrefois, les néophytes venaient de recevoir ; il célèbre le Saint-Esprit et ses merveilleux effets dans les Âmes.

 

  3. La Pentecôte, d'un mot grec qui signifie cinquantaine, est la fête célébrée cinquante jours après Pâques, pour honorer la descente du Saint-Esprit sur les apôtres.

  Cinquante jours après la Résurrection et dix après l'Ascension. Les Apôtres, Marie mère de Jésus, les saintes femmes et les disciples étaient réunis au cénacle au nombre d'environ 120. Tout à coup un grand bruit comme celui d'un vent impétueux remplit la salle et des langues de feu s'arrêtèrent sur chacun d'eux. Ils furent aussitôt remplis du Saint-Esprit et se mirent à parler diverses langues.

  Autrefois, dans certaines églises, pendant l’Épitre qui raconte ces événements, on sonnait de la trompette pour imiter le bruit du vent (cela se pratique encore à Saint-Clément de Rome), et on jetait, du haut de la voûte, des pétales de roses rouges pour figurer les langues de feu, ce qui fit donner à cette fête le nom de Pâques des roses.

 

  4. La fête de la Pentecôte est aussi l'anniversaire de la fondation de l’Église, car c'est en ce jour que saint Pierre, environné des onze et prenant la parole comme chef de l’Église, fit sa première prédication à la suite de laquelle trois mille Juifs reçurent le baptême.

  Comme la Pentecôte juive, le Pentecôte chrétienne célèbre la promulgation d'une nouvelle loi : loi d'amour succédant, pour les chrétiens, à la loi de crainte des juifs.

 

  5. Le jour de la Pentecôte et pendant toute l'octave, on dit à la Messe la prose Veni Sancte Spiritus, dont l'auteur et la date sont inconnus.

 

  6. A l'origine, il n'y avait pas de fête spéciale de la Pentecôte. Ce cinquantième jour était simplement la clôture des fêtes pascales. Cependant, des le début du IIIeme siècle, il était signalé par quelques pratiques spéciales. Vers le milieu du IVeme siècle, il devint une grande fête, la première après Pâques, ayant sa vigile et le baptême solennel comme à Pâques. Depuis le IXeme siècle il a une octave privilégiée comportant une messe spéciale pour chaque jour.

  Cette octave prolonge le temps pascal de huit jours, aussi les Quatre-Temps d'été, fixés à cette semaine avant son institution, semblent détonner avec l’esprit du temps pascal.

 

 

LE TEMPS DE LA PENTECÔTE

 

 

  1. Le temps de la Pentecôte est cette partie de l'année liturgique qui s'étend depuis le premier dimanche après la Pentecôte jusque l'Avent. C'est le plus long des temps liturgiques puisqu'il comprend de 24 à 28 semaines.

  Il représente la vie glorieuse de Nôtre-Seigneur dans le ciel et la vie militante de l’Église à travers les siècles, jusqu'au jour du jugement dernier, ou elle entrera dans la gloire de son divin Époux. C'est pourquoi, dans les offices du temps, la couleur des ornements est le vert, symbole de l’espérance.

  Pour nous rappeler que nous aurons toujours à lutter contre les ennemis de nôtre salut, l’Église met sous nos yeux, dans les leçons du bréviaire, l'histoire des luttes du peuple de Dieu contre ses ennemis ; dans les Épitres, les préceptes les plus importants de la vie chrétienne ; et dans les Évangiles, les discours, les paraboles et les miracles du divin Maître par lesquels il explique sa loi et prouve son pouvoir de législateur.

 

  2. Les fêtes qui se rapportent à Dieu ou à Notre-Seigneur dans le temps de la Pentecôte sont celles de la Sainte-Trinité, du très saint Sacrement, du Sacré-Cœur, du Cœur eucharistique de Jésus, du Précieux Sang, de la Transfiguration, de l'Exaltation de la Sainte Croix, de la Dédicace et du Christ-Roi.

 

 

 

 

CALENDRIER LITURGIQUE

 

 

 

 Solennité de Sainte Thérèse

Solennité de saint Pie X patron de la FSSPX

 

 

1. Pour qu'un serviteur de Dieu soit l'objet d'une fête, il faut qu'il soit béatifié ou canonisé.

  Avant de décréter qu'un serviteur de Dieu doit être tenu pour bienheureux, ou être mis définitivement au rang des saints, l’Église instruit son procès en béatification ou de canonisation, c'est-à-dire qu'elle examine, avec la rigueur d'une affaire judiciaire, d’où le nom de procès, si le serviteur de Dieu a pratiqué véritablement les vertus héroïques et opéré les miracles qu'on lui attribue.

2. Dans les premiers Siècles, chaque évêque avait le droit d'approuver, pour son diocèse, les actes d'un martyr ou d'un confesseur, et de mettre ce martyr ou ce confesseur, du consentement du métropolitain, au nombre des saints, mais sans que leur culte pût dépasser les limites du diocèse. L'approbation de ces actes ne se donnaient qu'après un examen sévère.

  Les canonisations générales, qui étendaient le culte des saints à toutes les Églises de l'univers catholique, commencèrent à être en usage au Xeme siècle, elles étaient réservées au Souverain Pontife.

  Enfin, depuis Urbain VIII (1634), le Pape seul a le droit d'instruire et de faire instruire les procès de béatification et de canonisation.

  Pour la béatification, il faut au moins deux miracles accomplis, non durant  la vie, mais après la mort du serviteur de Dieu et par son intercession, il y a exception cependant pour la béatification des martyrs pour lesquels aucun miracle n'est exigé.

  Pour la canonisation, il faut au moins deux miracles accomplis depuis la béatification et dus à l'intercession du bienheureux.

 La principale différence entre le culte d'un bienheureux et celui d'un saint consiste en ce que le 1er est restreint à un diocèse, à un Ordre religieux, à un pays, tandis que le second n'est point limité.

3. La fête des saints se célèbre ordinairement le jour de leur mort, appelé par l’Église jour de leur naissance, parce que c'est ce jour-là qu'ils sont nés à la vie de la gloire. Cependant, lorsque le jour de la mort était inconnu ou lorsque ce jour était déjà occupé par une autre fête, l’Église assignait un jour pris parmi ceux qui étaient libres et qui était l'anniversaire soit de la consécration épiscopale, soit de l'invention ou de la translation des reliques. Dans les canonisations actuelles, le choix du jour de fête parait uniquement fondé sur ce que ce jour est libre.

  Pour bien célébrer les fêtes des saints, nous devons remercier Dieu des grâces qu'il leur a faites, invoquer leur intercession et prendre la résolution d'imiter leurs vertus.

 

 

 

 

Notre-dame du Très saint ROSAIRE

 

 

1. La fête du très saint Rosaire a été instituée pour honorer les mystères de la vie de Notre-Seigneur et de sa très sainte Mère et pour remercier Dieu des victoires remportées par les chrétiens sur les musulmans grâce à la protection de Marie, dont le secours avait été obtenu par récitation du rosaire.

  Cette fête tire son nom d'une formule de prière qui porte le nom de Rosaire et qui se compose de 15 dizaines d'Ave Maria dont chacune est précédée d'un Pater et suivie d'un Gloria Patri.

  Le mot rosaire signifie couronne de roses. Ce sont les 150 Ave Maria dont il se compose qui constituent les roses de cette couronne mystique. Autrefois, le rosaire était appelé Psautier de Marie par analogie avec le Psautier de David composé de 150 psaumes.

 

2. La fête du saint Rosaire a eu pour origine la victoire de Lépante, remportée par la flotte chrétienne sur la flotte turque, le 7 Octobre 1571, 1er dimanche de ce mois, au moment où les pieuses confréries de Notre-Dame du rosaire faisaient, selon la coutume, les prières et les processions prescrites par leurs règlements.

  Saint Pie V, qui avait sollicité des fidèles la récitation du rosaire pour le triomphe des armées chrétiennes, connut la victoire par révélation. Il ordonna que chaque année on en ferait mémoire en ce jour, sous le nom de Sainte-Marie de la Victoire.

  Deux ans après (1573) le Pape Grégoire XIII prescrivit de célébrer la fête du saint Rosaire ; le 1er dimanche d'octobre, dans toutes les églises qui possédaient une chapelle ou un autel sous l'invocation de Notre-Dame du Rosaire.

  Deux nouvelles victoires sur les Turcs, dues à l'intercession de Notre-Dame du saint Rosaire ; l'une sous les murs de Vienne, en 1683, et l'autre devant Belgrade, en 1716, déterminèrent Clément XI à étendre la fête du saint Rosaire à l’Église universelle.

  Léon XIII (après avoir, dans plusieurs lettres apostoliques, vivement recommandé aux fidèles la pratique fréquente du Rosaire, surtout pendant le mois d'octobre), a élevé cette fête au rite double de seconde classe, avec Office et Messe propres où sont mentionnés, dans des hymnes et des antiennes, les quinze mystères du Rosaire..

 

3. Pour bien célébrer la fête du saint Rosaire, nous devons :

1- Remercier la très sainte vierge des victoires que son intercession a fait remporter aux chrétiens sur les ennemis de l’Église.

2- prendre la résolution de réciter fréquemment le Rosaire, ou au moins le chapelet, afin d'obtenir de Dieu, par le secours de Marie, que la tête du serpent infernal soit de nouveau écrasée et que tant d'hommes égarés reviennent à la foi et aux bonnes mœurs.

3- Profiter, autant que possible, de la faculté accordée aux fidèles de gagner autant d'indulgences plénières qu'ils font de visites à la chapelle de la confrérie du saint Rosaire, depuis la veille à midi jusqu’à minuit du jour de la fête.

 

 

Les « 16 conseils pour acquérir le trésor de la Science » de Saint Thomas d'Aquin

 

 

 

Voici les « Seize conseils pour acquérir le trésor de la Science » de Saint Thomas d'Aquin (1225-1274), Docteur de l'Église, Prêtre Dominicain et Saint Patron de l'Enseignement Catholique.


Les « 16 conseils pour acquérir le trésor de la Science » de Saint Thomas d'Aquin :

Puisque tu m'as demandé, mon très cher ami dans le Christ, comment tu dois étudier pour acquérir le trésor de la science, voici les 16 conseils que je te donne :

1.- Entre dans la mer par les petits ruisseaux, non d'un trait ; car c'est par le plus facile qu'il convient d'aller au plus difficile. Tel est mon avis et ma recommandation.
2.- Je veux que tu sois lent à parler, lent à te rendre là où l'on parle.
3.- Garde la pureté de ta conscience.
4.- N'abandonne jamais l'oraison.
5.- Aime beaucoup ta cellule, si tu veux être introduit dans le cellier à vin.
6.- Montre-toi aimable avec tous.
7.- Ne t'enquiers en rien des actions d'autrui.
8.- Ne sois pas trop familier avec personne, car trop de familiarité engendre le mépris et conduit à s'arracher à l'étude.
9.- Ne te mêle nullement des paroles et des actions des gens du monde.
10.- Fuis par-dessus-tout les démarches inutiles.
11.- Imite la conduite des saints et des hommes de bien.
12.- Ne regarde pas à qui tu parles, mais tout ce qui se dit de bon, confie-le à ta mémoire.
13.- Ce que tu lis et entends, efforce-toi de le comprendre.
14.- Assure-toi de tes doutes.
15.- Tout ce que tu pourras, efforce-toi de le ranger dans la bibliothèque de ton esprit, comme celui qui veut remplir un vase.
16.- Ne cherche pas ce qui te dépasse.

En suivant cette route, tu porteras et produiras, pendant toute ta vie, des feuilles et des fruits utiles dans la vigne du Seigneur des Armées. Si tu t'attaches à ces conseils, tu pourras atteindre ce que tu désires. Adieu.


Saint Thomas d'Aquin (1225-1274)